Sélectionner une page

Pandémie ou interrègne : la vraie question !

par | Oct 6, 2020 | Non classé | 2 commentaires

(Extraits d’Anahita et la vipère des sables)

9 avril 2020, vingt-quatre heures de pause ! Il faut se poser la vraie question: sommes-nous confrontés à une pandémie ou à un interrègne ? Cependant que les pouvoirs publics préparent l’opinion à un retour dans l’atmosphère d’ici trois à six mois, avec un amerrissage final d’ici deux ans. Et tous d’espérer le retour du « normal », en attendant Godot. Nostalgie de l’avant.


Magie de l’époché

Il était donc temps, pour Anahita, de procéder à une épochè, une interruption, une suspension du jugement, avant de démêler l’écheveau. Elle veut se purger des rhinocéros de Ionesco, de tous les mirages qui semblent mystifier les observateurs, et revenir à l’essentiel : que faire avec ses amis de cœur et d’esprit après la crise, comment se rendre utile, comment porter la lanterne de Diogène pour offrir à tous l’orientation vers le bout du tunnel d’un interrègne historique de plus de deux siècles.


Un interrègne en lequel le monothéisme a été progressivement remplacé par des ersatz, des jeux de mots hypertrophiés redéfinissant les justes et les indignes, protégés par des inquisiteurs d’un nouveau type. Un interrègne marqué sous le sceau de la démographie, qui remplace la philosophie, tant il apparaît que quatre-vingts pour cent de l’humanité, a du mal à comprendre nos raisonnements d’Occidentaux, nos valeurs. Cependant qu’ils en tirent parti.

Visages de géants (hommage à Igor Mitoraj)


Épuisement des Européens

Un interrègne en lequel les empires et royaumes européens sont morts de fatigue, laissant place à un nouvel empire, une nouvelle Atlantide, américaine, qui pressent peut-être qu’elle est à quelques secondes de l’engloutissement et qui se débat contre l’Empire du Milieu ressuscité, fier de lui et dominateur.


Pour Anahita, une chose est claire : se voulant universelle, la société occidentale a échoué. En marchandisant l’humanité, elle a privatisé l’État. Privatisés, les États ont cédé aux experts. Eux-mêmes marchandisés, les experts ont cédé à la superclasse mondiale. Des experts qui parlent aujourd’hui de relance de l’économie. Mais quelle économie ? Une écobiopolitique au service de qui ? Anahita réprime cette pensée pessimiste.

2 Commentaires

  1. Adam

    De l’épuisement à l’atrophie. Après celle de la politique, de l’art, des moeurs, de la spiritualité, de la pensée, de la physiologie, celle de l’économie…

    Réponse
    • André Archimbaud

      Merci encore de ce judicieux commentaire. En attendant le retour du Kalki Avatar…

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This