Sélectionner une page

Phénoménologie et mentorat (I): les gestionnaires philosophent sans le savoir

par | Août 22, 2020 | Non classé | 2 commentaires

Un confinement peut en cacher un autre – Quand les gestionnaires philosophent sans le savoir (Extraits):

Apprentissage de l’écriture

« Massoud récapitule sur la première phase, commençant par une question : comment approcher un fait ? Sachant que la pandémie abonde en faits présentés par les médias et les politiques. Et c’est en vertu de ces faits que l’humanité entière est contrainte au confinement et à la régression économique. Il insiste alors sur la définition d’Abellio : les faits n’existent pas. Ils sont simplement des en-soi historialisés.

Partant de ces prémisses, Massoud rappelle la méthode scolastique de l’apprentissage de l’écriture (apprendre à lire, compiler, commenter, et seulement enfin écrire) qui permet de se prémunir contre l’instantanéisme des sauts immédiats à la conclusion qui nous ahurissent quotidiennement.


Herméneutique, ou art de l’interprétation

Il aborde ensuite l’approche herméneutique qui les a guidés dans leur exercice, celle des quatre niveaux d’interprétation : littéral (déroulement des « faits »), allégorique, ou encore analogique (ce qu’il faut en croire), tropologique, ou encore moral (ce qu’il faut en faire aujourd’hui), et enfin anagogique, ou intentionnel (ce qu’il faudra en faire demain). Massoud rappelle que cette approche, promue par Dante dans la Divine comédie, abandonnée depuis Martin Luther à l’aube du modernisme, conserve un immense avantage : celui de se prémunir contre les fanatiques des Écritures saintes, qu’ils soient religieux ou tout simplement politiquement corrects.


Les quatre causes d’Aristote

Il observe d’ailleurs que le savoir de l’interprétation offert par l’herméneutique a été revisité depuis, selon l’analyste Olivier Adam, par Kierkegaard, Marx, Nietzsche (le soupçon), Freud, Jung (la psychanalyse), Barthes, Lacan et Foucault (le structuralisme) sans oublier bien sûr Husserl, Heidegger, et Ricoeur, pour la phénoménologie. Ce sont des points d’ancrage solides. Il termine ensuite sur le système aristotélicien des causes qui aident à comprendre la dynamique du monde : causes motrice (l’énergie), matérielle (les facteurs de production), formelle (le design, le plan d’ensemble), finale (l’objectif). Un système lui aussi désuet, qui, pourtant, dans une réflexion complexe, permet de ne rien oublier au passage.


Les gens d’affaires philosophent sans le savoir

En résumé ces approches, souvent d’ailleurs utilisées dans les sessions de formation pour les gens d’affaires, permettent de procéder à des réductions autant qu’à des extrapolations, de voir les choses par-devant et par-derrière à la fois, d’analyser pratiquement les phénomènes en mode rétrospectif et prospectif. Elles permettent donc en partie de neutraliser les possibles mystifications, par-delà les apparences. Et surtout, elles peuvent résoudre bien des énigmes. Anahita remercie Massoud. Le mot énigme est juste. »

Photo : Tamara de Lempicka

2 Commentaires

  1. André Archimbaud

    Le personnage de Tamara de Lempicka est emblématique. Comme l’héroïne du livre « Anahita et la vipère des sables », elle commence sa vie dans le chaos géopolitique, pour reconstruire – à force de talent et d’obstination – son nouvel ordre cosmique… pour notre plus grand bénéfice!

    Réponse
  2. adam

    Le Chaos reste toujours opérant pour les Grecs, et ne fait jamais place définitivement au Cosmos. Le Chaos est béance, alors que le Cosmos est un constructivisme toujours temporaire, dont l’équilibre reste vulnérable. La femme toujours dans la conception grecque de l’Antiquité communique autant avec le premier qu’elle sait s’impliquer dans l’autre, notamment . L’orgie dionysiaque du cortège des Bacchantes (dont s’écartent avec effroi les hommes), entraînée par la musique orphique, en est l’expression. Anahita est-elle une Bacchante ?

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This